Êtes-vous normal?

Êtes-vous normal?

Nous nous demandons parfois si nous sommes « normal ». Lorsque nous nous sentons différent des autres ou bien que nous sommes en difficulté, nous avons tendance à nous sentir anormal et donc en tord. Voyons maintenant si nous pouvons nous poser la question autrement.

 

Qu’est-ce qu’être normal?

Être normal est un état qui correspond à ce qui est sensé être partagé par le plus grand nombre.

La norme est donc avant tout une notion statistique qui correspond à la majorité dans un goupe.

Pour nous les humains qui sommes des êtres grégaires, il est de toute importance de nous sentir conforme à la norme de notre groupe pour ne pas nous sentir exclu.

Selon le niveau d’indépendance morale de chacun, cette adhésion à la norme sera plus ou moins recherchée.

Par conséquent, plus nous avons confiance en nous, et moins nous recherchons à nous conformer à la norme, que se soit du point de vue de notre apparence, de nos choix de vie ou de nos idées…

Ne pas être normal, est-ce un tord?

Il est souvent admis que les comportements « normaux », c’est à dire les plus largement répandus ont de la valeur, sont biens et justes.

Inversement, dés lors que nous avons un comportement  différent de la norme, nous avons tendance à penser que c’est mal. Nous considérons que c’est un tord, quelque chose à changer ou à combattre.

Autant ce qui est normal ne pose pas de problème, autant ce qui s’éloigne de ce qui est communément attendu peut devenir dérangeant.

Pourtant, ce n’est pas pour autant que l’anormalité soit une mauvaise chose.

Bien au contraire, être différent, non-normal, sur certains aspects, est un moyen de nous différencier les uns des autres et d’affirmer qui nous sommes vraiment.

Psychologue Cannes

Aimez-vous tel que vous êtes !

La question à se poser n’est pas tant « Suis-je normal.e? », mais plutôt « Est-ce que je me sens bien? ».

Notre bien-être ne doit pas dépendre d’une majorité normative mais plutôt de notre rapport à nous-même.

Le principal étant de nous sentir en phase avec qui nous sommes vraiment.

Si nous étions tous pareils: même façon de penser, de ressentir, de nous comporter …que le monde serait triste!

L’uniformité étouffe la singularité et ne favorise pas le progrès.

Bien que notre différence puisse être parfois compliquée à gérer, c’est elle qui fait notre force et notre particularité.

Notre « anormalité » peut être une source d’inspiration pour beaucoup et peut contribuer à faire changer les mentalités.

En nous aimant et en nous acceptant tel que nous sommes, nous pourrons alors révéler nos talents et nous épanouir selon notre vraie personnalité.

Pour aller plus loin :

Vous avez tendance à douter de vous, à ne pas vous sentir « normal »?

Vous n’avez pas suffisamment confiance en vous pour affirmer qui vous êtes?

Vous êtes en quête de votre identité?

Je vous invite à lire l’Ebook et à suivre le programme en ligne qui vous aideront à développer et renforcer votre confiance en vous.

Profitez de votre code de réduction  CADEAU (50% !!) valable encore quelques jours sur TOUS les programmes !

A bientôt,

Carlina Magnan, votre psychologue et coach en développement personnel

 

Est-ce que vous vous aimez vraiment?

Est-ce que vous vous aimez vraiment?

Est-ce que vous vous aimez vraiment?… Nous nous posons rarement la question mais nos choix de vie, nos comportements sont souvent le reflet de notre amour de soi. Je vous invite à prendre quelques minutes pour vous poser la question en vous inspirant du célèbre texte de Charlie Chaplin « Le jour où je me suis vrament aimé ».

 

Qu’est-ce que l’amour de soi? Explications

De façon très succinte, nous pouvons expliquer les choses de cette manière:

L’estime de soi correspond à la valeur que l’on s’accorde. Elle relève d’une évaluation cognitive. Elle correspond au degré d’importance que l’on se donne en fonction de la reconnaissance de ses propres qualités.

L’amour de soi est une démarche plus affective. Elle peut dépendre de la valeur que l’on s’accorde, comme elle peut être complètement indépendante.

Par conséquent, nous pouvons faire le choix de nous aimer même si nous avons peu d’estime pour soi-même.

Nous pouvons faire preuve d’amour de soi en acceptant les compliments par exemple et en prenant soin de nous.

amour de soi

Pourquoi est-ce important de s’aimer vraiment?

L’amour de soi est une disposition psychologique saine et nécessaire pour avancer et réussir dans sa vie.

Cela nous permet d’être en paix avec nous-même, sans tomber dans l’auto-tyranie ou le narcissisme à outrance.

Pour illustrer cet état d’esprit, je vous partage le très beau texte de Charlie Chaplin intitulé « Le jour où je me suis vraiment aimé ».

Pour le lire et le télécharger, cliquez simplement sur  le bouton un peu plus bas.

amour de soi

Pourriez-vous dire que vous vous aimez vraiment?

Est-ce que vos choix de vie, vos pensées, vos comportemnts au quotidien dans les menus détails vous laissent penser que vous vous aimez vraiment?

Aussi, est-ce que la vision de Charlie Chaplin vous correspond?

Rappelez-vous, nous n’avons pas besoin de ressentir un élan d’affection à notre égard pour avoir la certitude de nous aimer.

Il s’agit de faire le choix doux et bienveillant de nous considérer avec respect, d’écouter nos besoins et d’y répondre autant que possible.

C’est en reconnaissant notre valeur au-delà de nos capacités ou de nos incapacités, de nos qualités ou de nos défauts que nous trouverons la paix et la sérénité.

Pour vous aider à vous aimer:

Je vous invite à découvrir l’Ebook que je vous ai préparé « 3 Clés pour renforcer votre confiance en vous facilement ».

Il vous aidera à mieux comprendre comment se construit la confiance en soi. Il vous apportera des outils simples et efficaces pour vous sentir plus fort et plus serein.

Cet Ebook vous aidera à vous traiter avec égard et bienveillance.

Vous apprendrez ainsi à vous aimer, à reconnaître votre valeur jour après jour, indépendamment des circonstances et de vos mérites.

Pour aller plus loin:

Vous pouvez également suivre le programme en ligne  pour développer et renforcer votre confiance en vous.

Il vous aidera, sous forme de courtes vidéos et de documents pédagogiques (tests, tableaux, quizz…), à mieux vous connaître. Ce programme vous apportera de nombreux outils simples et efficaces pour vous aimer et vous estimer à votre juste valeur.

Je vous encourage à découvrir la vidéo de présentation en cliquant dans l’image ci-dessous:

Je vous remercie pour votre lecture.

Prenez soin de vous !

Carlina Magnan

P.S: Inscrivez-vous à la newsletter en 1 Click pour recevoir votre Ebook offert et les prochains articles !

Comment couper les liens d’attachement?

Comment couper les liens d’attachement?

Quelque fois, nous aimerions prendre de la distance ou même couper les liens avec une personne, quelque chose ou une situation qui nous fait souffrir, et nous nous sentons incapable de le faire. Je vous présente dans cet article, avec le tutoriel en vidéo, une technique qui pourrait bien vous aider.

Les liens d’attachement, qu’est-ce que c’est?

Lorsque nous sommes en relation avec quelqu’un, nous créons des liens.

Plus nous passons du temps avec cette personne, plus nous partageons des expériences et des émotions avec elle, plus ces liens se renforcent.

C’est le cas également avec un lieu, ou même des objets.

Plus les liens sont forts et plus il est difficile de s’en défaire.

Si l’attachement envers la personne (son conjoint, son enfant, un ami…), le lieu (son pays, sa région) ou l’objet (sa maison, ses bijoux…) nous satisfait ou ne pose pas de problème pour nous, il n’y a aucune raison de remettre en question ces liens.

Cependant, dés lors que nous en souffrons car nous ressentons du manque, de la culpabilité, des regrets, de la colère ou autres émotions négatives, il conviendra de les couper pour pouvoir avancer.

Les petits bonhommes allumettes

Les petits bonhommes allumettes est une technique inventée par le psychothérapeute canadien Jacque Martel qui nous aide de façon symbolique à couper les liens d’attachement qui nous font souffrir.

Elle consiste à représenter sous forme de dessin les liens d’attachement qui nous relient à une personne, une situation, un lieu ou tout autre chose dont nous aimerions nous défaire.

Puis à couper avec des ciseaux ces liens pour nous détacher, nous libérer et avancer dans notre vie.

Cette technique toute simple est plus efficace qu’elle ne paraît. Je vous encourage à en faire l’expérience pour en ressentir les bienfaits.

Elle est très utile pour couper avec un ex-compagnon (-compagne) par exemple, avec une pensée obsedante, ou même une addiction…

Les petits bonhommes allumettes facilitent le processus de séparation parfois si compliqué à vivre.

carlina Magnan Psychologue

Se détacher pour mieux aimer

Lorsque l’investissement affectif dans la relation à l’autre ou bien à un objet, une situation, un lieu ou tout autre chose est trop intense, nous perdons toute liberté.

Nous sommes dans un état de dépendance qui nous rend bien souvent malheureux.

Ce que nous qualifions comme étant de l’amour ou bien de l’attirance est en réalité un sentiment d’attachement qui nous étouffe et étouffe l’autre s’il s’agit d’une personne.

La relation est bloquée et nous ressentons plus souvent de la souffrance que de la joie et de la légerté.

Je vous invite donc à faire l’état des lieux de vos relations et de vos ressentis et de faire appel aux petits bonhommes allumettes pour pouvoir avancer et retrouver votre liberté!

Pour aller plus loin :

Vous êtes prêt à couper les liens d’attachement?

Vous verrez c’est très simple et rapide!

Je vous fais une démonstration dans cette courte vidéo.

Munissez-vous d’une feuille, d’un stylo et d’une paire de ciseaux. C’est parti!

Vous aimeriez connaître plus de techniques et outils pour vous libérer et avancer?

Je vous invite dés maintenant à découvrir les 5 programmes en ligne que je vous ai préparés. Ils comprennent plus de 41 vidéos et 10 heures de visionnage, sans compter les documents pédagogiques qui viennent compléter les cours.

A bientôt!

Carlina Magnan, votre Psychologue et Cocah en développement personnel

 

5 Conseils Spécial Confinement Pour Vous

5 Conseils Spécial Confinement Pour Vous

Comment faire face à cette situation d’épreuve collective que nous traversons tous actuellement ?Comment s’adapter et vivre au mieux cette période de confinement ? Je vous apporte aujourd’hui mon humble contribution en vous partageant 5 conseils spécial confinement pour préserver votre bien-être et votre équilibre psychologique.

1.Restez en lien pendant le confinement

Lorsque nous sommes choqués ou éprouvés, nous pouvons avoir tendance à nous replier sur nous-même.

Or, le soutien social reste le facteur le plus important de résilience dans la difficulté. Cela signifie que les personnes sociables, qui communiquent, demandent et acceptent de l’aide d’autrui s’en sortent mieux que ceux qui s’isolent. Lorsque nous contactons nos proches, nos amis, que nous leur proposons notre aide, notre soutien, nous nous sentons utiles.

De plus, des échanges et des discussions naissent des idées. Nous multiplions nos ressources et avons plus de solutions à notre disposition.

D’autre part, lorsque nous communiquons, nous nous donnons la possibilité de verbaliser nos émotions, nos ressentis, ce qui contribue grandement à nous sentir mieux.

2.Mettez un cadre à vos journées pendant le confinement

Alors que nous avons perdu la plupart de nos repères temporels : travail, école, activités… nos journées deviennent déstructurées.

Or, il est essentiel pour notre corps et notre équilibre psychologique, de rythmer nos journées par des activités ponctuelles et régulières.

Nous devons essayer de maintenir une heure de réveil habituelle, de maintenir des heures régulières de repas et séquencer nos occupations.

Pour cela, je vous conseille de mettre en place un programme journalier et dégager des temps-libres notamment les week-ends et en soirée.

 

3. Instaurez une routine bien-être

Pratiquez quelques exercices d’étirement, de massage ou d’auto-massage, des exercices de respiration profonde et de méditation si vous en connaissez quelques-uns.

C’est l’occasion de prendre soin de vous, de vos proches et de votre maison.

Tout ce que vous n’aviez pas le temps de faire jusqu’à présent et bien c’est l’occasion de s’y mettre : ranger, nettoyer, lire des livres, écrire un journal, regarder des films, apprendre une nouvelle discipline, contacter des anciens amis…

Néanmoins, il arrive que nos objectifs volent en éclats et que nous n’ayons plus la motivation de faire ce qui nous fait du bien habituellement.

Nous avons envie de tout lâcher et plus rien nous fait envie. C’est tout à fait normal et je vous encourage à accepter ces phases qui contribuent aussi à vous ressourcer.

 

4. Prenez du temps pour vous isoler, si vous vivez en couple ou en famille

Même si nous avons besoin des autres pour vivre, les relations peuvent s’avérer compliquées lorsqu’il y a trop de proximité. Nous avons besoin de moments de ressourcement individuels.

Je vous conseille donc de vous réserver des temps dans la journée pour vous isoler dans une pièce, suffisamment longtemps pour décompresser et vous retrouver.

N’attendez pas de ne plus supporter votre conjoint ou vos enfants pour le faire. Si vous attendez trop, les conflits pourraient éclater et ce n’est pas le moment d’exploser ou de créer des clivages.

Lorsque vous vous isolez physiquement de votre entourage, pensez à vous isoler aussi mentalement. Par votre imagination, vous pouvez vous projeter en des lieux que vous aimez, des milieux ouverts et naturels. Vous pouvez également vous projeter dans des souvenirs agréables, tels que des vacances, des voyages que vous avez particulièrement aimés.

Si vous vivez en couple et que la relation était déjà fragile, cette situation va probablement vous rapprocher ou au contraire vous éloigner encore davantage.

Ce que je vous conseille, quoi qu’il en soit, c’est de rester calme. De communiquer le plus posément possible et d’observer comment évolue la relation dans ce contexte inédit. Ce n’est pas le moment d’agir sous l’impulsion, mais plutôt de prendre un maximum de recul.

Si vous avez des enfants, expliquez-leur la situation, sans la dramatiser, ni l’édulcorer. Restez calme, canalisez leur attention et adoptez un discours confiant qui les sécurisera. Evitez tout climat anxiogène tel que laisser les informations télévisées diffusées en continue.

 

5. Observez votre évolution vers l’acceptation du confinement

Enfin, pour terminer, j’aimerais vous expliquer brièvement les étapes émotionnelles que nous traversons en période de crise.

Lorsque nous subissons un évènement aussi important que celui-ci, et que nous sommes en état de choc, nous passons par plusieures étapes avant de retrouver notre équilibre psychologique.

– En premier lieu nous passons par une phase de déni, c’est-à-dire que nous ne réalisons pas vraiment ce qui nous arrive. Nous sommes dans un état de sidération et nous continuons à agir comme si aucun changement n’avait eu lieu.

– En second lieu, nous passons par une phase de colère. Nous nous indignons contre la situation et nous cherchons des responsables. Cette colère peut être tournée vers les autres ou vers soi-même. Nous sommes tendus, nerveux et nous devenons agressifs.

– En troisième lieu, nous ressentons de la peur et de l’anxiété. Nous commençons à prendre conscience des conséquences négatives de l’évènement. Nous avons peur pour notre survie, notre santé et celle de nos proches. Toutes les peurs sont réveillées : la peur du manque, de la solitude, de la maladie etc..

– En quatrième lieu, nous traversons une phase de tristesseNous sommes abattus et n’avons plus goût à rien. Nous sommes découragés et nous pouvons avoir envie de pleurer. La vie n’a plus de sens et nous pouvons nous laisser aller.

– Enfin, arrive la cinquième phase qui est celle de l’acceptation. Nous prenons la mesure de ce qui nous arrive mais nous ne ressentons plus d’émotions négatives. Nous prenons nos dispositions et commençons à gérer la situation efficacement. Nous tirons des leçons de cette expérience et nous pouvons en faire quelque chose de constructif.

Ce qu’il faut savoir !!

Ces phases peuvent durer plus ou moins longtemps selon les personnes. Elles peuvent être plus ou moins intenses et envahissantes.

Elles peuvent apparaître dans un ordre différent, c’est-à-dire que la tristesse peut survenir avant la colère par exemple et certaines phases peuvent alterner.

Par exemple, nous pouvons ressentir de la colère, puis de la tristesse, puis à nouveau de la colère.

Donc, si vous vous retrouvez dans la description que je viens de vous faire, c’est tout à fait normal ! Vous êtes simplement en train de changer…vous êtes sur le chemin de l’acceptation et du retour à l’équilibre.

Et ça peut prendre du temps !

Pour aller plus loin :

Je vous repartage cette vidéo « 5 Conseils Spécial Confinement » si vous ne l’avez pas déjà vue:

 

Également, vous pouvez découvrir d’autres conseils et apprendre de nouveaux outils simples et efficaces en suivant les programmes en ligne que j’ai préparés spécialement pour vous.

Ils  vous permettront  renforcer votre confiance en vous, de développer vos compétences relationnelles et d’apprendre à gérer votre stress et vos émotions. Ils vous aideront à être plus efficace et plus heureux.

Découvrez-les en vidéo en cliquant sur l’image ci-dessous ou en accèdant à la page ICI.

Profitez des tarifs avantageux à -50% pendant encore 72 heures!

Formations Datadockées: Possibilité de prise en charge financière par votre employeur et pour les professionnels!

 

Je vous souhaite courage à tous, et suis de tout cœur avec vous !

Carlina Magnan

Suivez-moi sur ma chaîne YouTube en cliquant ICI.

 

Faut-il être pessimiste ou optimiste?

Faut-il être pessimiste ou optimiste?

L’optimisme est à la mode. Mais est-ce que le pessimisme est forcément négatif? Qu’est-ce qui est le mieux pour nous?

On entend souvent « Je ne suis pas pessimiste, je suis réaliste ».

Qu’est-ce qu’être réaliste alors qu’il n’y a que des réalités subjectives ?

La réalité correspond à la manière dont nous percevons le réel. Tout est une question d’interprétation, de lecture, de décodage…

Nous voyons bien que face à une même situation, certains vont réagir d’une certaine façon et d’autres d’une autre manière. Il y a ceux qui ont une vision plutôt positive et optimiste et ceux qui ont une vision plutôt négative ou pessimiste.

Pessimiste ou optimiste, qu’est-ce qui est le mieux ?

Les pessimistes sont en général plus prudents, plus alertes face aux dangers. Ils sauront mieux faire face aux situations car ils auront anticipé les problèmes. L’inconvénient c’est qu’ils sont la plus part du temps de mauvaise humeur, plutôt nerveux, stressés et nuisent souvent à leur entourage.

A contrario, les optimistes sont plus joyeux et plus confiants. Ils ont plus d’énergie et sont plus entreprenants. L’inconvénient c’est qu’ils ne voient pas toujours le danger et peuvent subir de véritables déconvenues.

Tout est une question d’équilibre, vous l’avez compris.

Un petit outil très utile pour changer vos pensées.

Si vous faites plutôt partie de la catégorie des pessimistes et que vous souhaitez changer, voici cette technique ultra simple et ultra rapide:

Dans chaque situation, lorsque vous avez des pensées négatives, posez-vous la question de comment vous vous sentez.

« Quand je dis ……… ou que je pense……….., comment je me sens ? »

Si je me sens mal et lourd, c’est que c’est probablement une pensée erronée.

Alors, posez-vous cette deuxième question : « Comment puis-je faire pour changer ma manière de pensée ? »

Posez-vous ces deux questions et observez ce qui se passe.

Voulez-vous d’autres techniques pour développer le style optimiste? Lisez l’article « Cultivez le style optimiste » ICI

Vous voulez développer votre optimisme et votre bonne humeur ? Vous sentir plus confiant ?

Suivez les 5 programmes de développement personnel ICI et en particulier celui qui vous apprend à renforcer votre confiance en vous.

A bientôt pour le prochain article!

Carlina Magnan

Suivez-moi sur YouTube pour plus de vidéos!

Comment prévenir le burn out?

Comment prévenir le burn out?

Deux vidéos pour vous en bas de cette page.

Une légende du désert raconte qu’un homme avait tellement chargé son chameau de ses bagages, qu’au moment où il ajouta une plume, la bête s’effondra sous le poids de sa monture…

C’est ce qu’il peut nous arriver lorsque nous sommes en surcharge et que nous avons accumulé trop de tensions.

Nous résistons à la pression, nous voulons rester fort, nous ignorons les signes qui pourraient nous mettre en garde jusqu’au jour où tout s’effondre, tout ce que nous avons construit s’écroule: vie de famille, vie sociale, vie professionnelle…

On appelle cela communément un burn-out.

En avez-vous déjà entendu parlé?

L’avez-vous expérimenté?

Ceux qui en ont fait l’expérience savent à quel point cette expérience est douloureuse et qu’il peut être long et difficile de s’en remettre.

Alors, s’il vous plaît, si vous commencez à vous sentir un peu trop chargé, parlez-en autour de vous, cherchez de l’aide et des solutions.

Ecoutez les signaux annonciateurs: irritabilité, découragement, repli, tristesse, désintérêt, fatigue intense….

Je vous encourage à prendre soin de vous au quotidien et à suivre ce programme que j’ai spécialement conçu pour vous aider à vous recentrer sur votre bien-être.

Sachez que je vous propose des séances personnalisées où je vous apprends des techniques et vous conseille des exercices qui vous aident à vous remettre d’aplomb.

Voici une vidéo pour vous donner queques idées de ma pratique:

Prenez-soi de vous, cher.e ami.e, et contactez-moi si vous pensez que je peux vous aider.

Carlina Magnan

Suivez-moi sur YouTube ICI