Comment faire face à cette situation d’épreuve collective que nous traversons tous actuellement ?Comment s’adapter et vivre au mieux cette période de confinement ? Je vous apporte aujourd’hui mon humble contribution en vous partageant 5 conseils spécial confinement pour préserver votre bien-être et votre équilibre psychologique.

1.Restez en lien pendant le confinement

Lorsque nous sommes choqués ou éprouvés, nous pouvons avoir tendance à nous replier sur nous-même.

Or, le soutien social reste le facteur le plus important de résilience dans la difficulté. Cela signifie que les personnes sociables, qui communiquent, demandent et acceptent de l’aide d’autrui s’en sortent mieux que ceux qui s’isolent. Lorsque nous contactons nos proches, nos amis, que nous leur proposons notre aide, notre soutien, nous nous sentons utiles.

De plus, des échanges et des discussions naissent des idées. Nous multiplions nos ressources et avons plus de solutions à notre disposition.

D’autre part, lorsque nous communiquons, nous nous donnons la possibilité de verbaliser nos émotions, nos ressentis, ce qui contribue grandement à nous sentir mieux.

2.Mettez un cadre à vos journées pendant le confinement

Alors que nous avons perdu la plupart de nos repères temporels : travail, école, activités… nos journées deviennent déstructurées.

Or, il est essentiel pour notre corps et notre équilibre psychologique, de rythmer nos journées par des activités ponctuelles et régulières.

Nous devons essayer de maintenir une heure de réveil habituelle, de maintenir des heures régulières de repas et séquencer nos occupations.

Pour cela, je vous conseille de mettre en place un programme journalier et dégager des temps-libres notamment les week-ends et en soirée.

 

3. Instaurez une routine bien-être

Pratiquez quelques exercices d’étirement, de massage ou d’auto-massage, des exercices de respiration profonde et de méditation si vous en connaissez quelques-uns.

C’est l’occasion de prendre soin de vous, de vos proches et de votre maison.

Tout ce que vous n’aviez pas le temps de faire jusqu’à présent et bien c’est l’occasion de s’y mettre : ranger, nettoyer, lire des livres, écrire un journal, regarder des films, apprendre une nouvelle discipline, contacter des anciens amis…

Néanmoins, il arrive que nos objectifs volent en éclats et que nous n’ayons plus la motivation de faire ce qui nous fait du bien habituellement.

Nous avons envie de tout lâcher et plus rien nous fait envie. C’est tout à fait normal et je vous encourage à accepter ces phases qui contribuent aussi à vous ressourcer.

 

4. Prenez du temps pour vous isoler, si vous vivez en couple ou en famille

Même si nous avons besoin des autres pour vivre, les relations peuvent s’avérer compliquées lorsqu’il y a trop de proximité. Nous avons besoin de moments de ressourcement individuels.

Je vous conseille donc de vous réserver des temps dans la journée pour vous isoler dans une pièce, suffisamment longtemps pour décompresser et vous retrouver.

N’attendez pas de ne plus supporter votre conjoint ou vos enfants pour le faire. Si vous attendez trop, les conflits pourraient éclater et ce n’est pas le moment d’exploser ou de créer des clivages.

Lorsque vous vous isolez physiquement de votre entourage, pensez à vous isoler aussi mentalement. Par votre imagination, vous pouvez vous projeter en des lieux que vous aimez, des milieux ouverts et naturels. Vous pouvez également vous projeter dans des souvenirs agréables, tels que des vacances, des voyages que vous avez particulièrement aimés.

Si vous vivez en couple et que la relation était déjà fragile, cette situation va probablement vous rapprocher ou au contraire vous éloigner encore davantage.

Ce que je vous conseille, quoi qu’il en soit, c’est de rester calme. De communiquer le plus posément possible et d’observer comment évolue la relation dans ce contexte inédit. Ce n’est pas le moment d’agir sous l’impulsion, mais plutôt de prendre un maximum de recul.

Si vous avez des enfants, expliquez-leur la situation, sans la dramatiser, ni l’édulcorer. Restez calme, canalisez leur attention et adoptez un discours confiant qui les sécurisera. Evitez tout climat anxiogène tel que laisser les informations télévisées diffusées en continue.

 

5. Observez votre évolution vers l’acceptation du confinement

Enfin, pour terminer, j’aimerais vous expliquer brièvement les étapes émotionnelles que nous traversons en période de crise.

Lorsque nous subissons un évènement aussi important que celui-ci, et que nous sommes en état de choc, nous passons par plusieures étapes avant de retrouver notre équilibre psychologique.

– En premier lieu nous passons par une phase de déni, c’est-à-dire que nous ne réalisons pas vraiment ce qui nous arrive. Nous sommes dans un état de sidération et nous continuons à agir comme si aucun changement n’avait eu lieu.

– En second lieu, nous passons par une phase de colère. Nous nous indignons contre la situation et nous cherchons des responsables. Cette colère peut être tournée vers les autres ou vers soi-même. Nous sommes tendus, nerveux et nous devenons agressifs.

– En troisième lieu, nous ressentons de la peur et de l’anxiété. Nous commençons à prendre conscience des conséquences négatives de l’évènement. Nous avons peur pour notre survie, notre santé et celle de nos proches. Toutes les peurs sont réveillées : la peur du manque, de la solitude, de la maladie etc..

– En quatrième lieu, nous traversons une phase de tristesseNous sommes abattus et n’avons plus goût à rien. Nous sommes découragés et nous pouvons avoir envie de pleurer. La vie n’a plus de sens et nous pouvons nous laisser aller.

– Enfin, arrive la cinquième phase qui est celle de l’acceptation. Nous prenons la mesure de ce qui nous arrive mais nous ne ressentons plus d’émotions négatives. Nous prenons nos dispositions et commençons à gérer la situation efficacement. Nous tirons des leçons de cette expérience et nous pouvons en faire quelque chose de constructif.

Ce qu’il faut savoir !!

Ces phases peuvent durer plus ou moins longtemps selon les personnes. Elles peuvent être plus ou moins intenses et envahissantes.

Elles peuvent apparaître dans un ordre différent, c’est-à-dire que la tristesse peut survenir avant la colère par exemple et certaines phases peuvent alterner.

Par exemple, nous pouvons ressentir de la colère, puis de la tristesse, puis à nouveau de la colère.

Donc, si vous vous retrouvez dans la description que je viens de vous faire, c’est tout à fait normal ! Vous êtes simplement en train de changer…vous êtes sur le chemin de l’acceptation et du retour à l’équilibre.

Et ça peut prendre du temps !

Pour aller plus loin :

Je vous repartage cette vidéo « 5 Conseils Spécial Confinement » si vous ne l’avez pas déjà vue:

 

Également, vous pouvez découvrir d’autres conseils et apprendre de nouveaux outils simples et efficaces en suivant les programmes en ligne que j’ai préparés spécialement pour vous.

Ils  vous permettront  renforcer votre confiance en vous, de développer vos compétences relationnelles et d’apprendre à gérer votre stress et vos émotions. Ils vous aideront à être plus efficace et plus heureux.

Découvrez-les en vidéo en cliquant sur l’image ci-dessous ou en accèdant à la page ICI.

Profitez des tarifs avantageux à -50% pendant encore 72 heures!

Formations Datadockées: Possibilité de prise en charge financière par votre employeur et pour les professionnels!

 

Je vous souhaite courage à tous, et suis de tout cœur avec vous !

Carlina Magnan

Suivez-moi sur ma chaîne YouTube en cliquant ICI.

 

90 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez